N° 443 septembre 2019

L’évolution de la modélisation de l’oxydoréduction

Pagination : 54-61
Rubrique : Histoire de la chimie
Mots-clés : Histoire, oxydant, réducteur, ions, électron, nombre d’oxydation.
FR | EN

La première table des potentiels d’électrode, déterminés par rapport à l’électrode normale à hydrogène.

Cet article montre comment l’étude des solutions d’électrolytes a fait évoluer la modélisation des oxydants et réducteurs. L’interprétation de leur décomposition sous l’influence du courant électrique va évoluer des ions de Faraday à la théorie de la dissociation électrolytique d’Arrhenius. Aux ions monovalents sera associée une unité de charge électrique, positive ou négative, dénommée « électron ».

Au début du XXe siècle, cette unité de charge sera remplacée par une particule subatomique et l’oxydoréduction définie en termes d’échange d’électrons. Puis la mise en relation de l’arrangement des électrons dans l’atome avec la classification périodique va conduire à une définition pouvant s’appliquer à tous types de réaction en termes de variation du nombre d’oxydation des éléments.