N° 371-372 février-mars 2013

La culture des algues unicellulaires : une voie prometteuse de valorisation du CO2

Pagination : 101-105
Sous-thème : Une chimie durable avec le CO2 ?
Mots-clés : Dioxyde de carbone, CO2, énergie, biomasse, calcification biologique, cyanobactéries, coccolithophores.
FR | EN
© Alison R. Taylor, University of North Carolina Wilmington Microscopy Facility.

Le coccolithophore Emiliania huxleyi observé au microscope électronique à balayage.

Cet article vise à synthétiser les connaissances actuelles sur la physiologie de la photosynthèse de deux organismes considérés comme étant parmi les principaux acteurs de la production primaire océanique : les cyanobactéries et les coccolithophores. Ces deux micro-organismes représentent en outre des exemples intéressants de calcification mettant en œuvre des processus biologiques totalement différents : le développement des cyanobactéries est responsable d’une production implicite de calcite non structurée, tandis que les coccolithophores génèrent biologiquement des exosquelettes aux motifs spécifiques portés par leur génome.

La calcification biologique, qu’elle soit induite par l’activité biologique (cyanobactéries) ou très contrôlée (formation d’un exosquelette chez les coccolithophores), est nécessairement liée au métabolisme cellulaire. Les stratégies de l’absorption du carbone et surtout du calcium développées par ces deux principaux types d’organismes sont différentes. Elles sont rapidement abordées dans cette synthèse, ainsi que la possibilité d’utiliser ces capacités de fixation du dioxyde de carbone dans des procédés industriels visant à piéger du CO2 sous forme minérale et sous forme organique, cette dernière étant propice à une valorisation énergétique industrielle, discutée en conclusion.