N° 317 mars 2008

La photochimie en ébullition

Page : 5
Sous-thème : Introduction

Transformer la matière pour élaborer des matériaux conduisant à des applications pratiques a été depuis des temps immémoriaux l’une des préoccupations majeures de l’Homme.

Mais ce c’est que relativement récemment que la lumière a été vraiment utilisée pour initier de telles transformations, même si on trouve un exemple de réaction de polymérisation due à l’exposition au soleil de momies égyptiennes recouvertes de bitume. Il faut en effet attendre 1817 avec T.C. von Grotthus et 1843 avec J.W. Draper pour que soit énoncée la première loi de photochimie stipulant que c’est la lumière absorbée par la molécule qui provoque les changements chimiques de celle-ci, et enfin le début du XXe siècle pour le développement de synthèses par voie photochimique, notamment par G. Ciamician (Bologne, Italie).

On peut d’ailleurs citer la conférence qu’il a donnée à Paris le 6 juin 1908 devant la Société Chimique de France, « Sur les actions chimiques de la lumière », au cours de laquelle il a énoncé pour la première fois le concept de ce qui est devenu aujourd’hui la chimie verte.

Après un premier numéro thématique intitulé « La photochimie pour mieux vivre » (T.-H. Tran-Thi, E. Amouyal (coord.), L’Act. Chim., 2007, 308-309), ce second numéro est donc consacré à « La photochimie pour transformer la matière ». Il apporte un éclairage sur les différents aspects des recherches menées en France dans ce domaine, recherches qui montrent les formidables progrès accomplis depuis la parution en 1994 du numéro spécial de L’Actualité Chimique, « Photochimie 94 » (Photochimie 94, L’Act. Chim., supplément au numéro de décembre 1994). Ces avancées : La synthèse par voie photochimique, Polymères et lumière, Matériaux moléculaires et photonique, La femtochimie en mouvement.