N° 318 avril 2008

La technique picturale des peintres de la Renaissance italienne examinée par spectrophotométrie

Pagination : 22-27
Sous-thème : Matières colorantes et organiques
Mots-clés : Matière picturale, pigment, patrimoine culturel, peinture de chevalet, Renaissance italienne, spectrophotométrie, mesures non invasives, analyses, quantitatives, absorption de la lumière, diffusion de la lumière, couleur, Kubelka-Munk.
FR | EN

Schéma de principe du goniospectrophotomètre à fibres optiques.

La technique picturale de deux peintres de la Renaissance italienne, Léonard de Vinci et Raphaël, a été étudiée grâce à des mesures spectrophotométriques réalisées sur trois de leurs œuvres. Le dispositif expérimental utilisé est un goniospectrophotomètre à fibres optiques qui permet des mesures non invasives, sans contact, éventuellement in situ.

Afin d’interpréter de manière quantitative les mesures spectrophotométriques, une méthode de traitement des spectres par réflexion s’appuyant sur la théorie de Kubelka-Munk de propagation de la lumière dans les milieux absorbants et diffusants a été développée et validée. Ceci a permis d’évaluer la quantité de pigments présents dans les couches picturales et d’établir le fait que ces deux artistes italiens ont développé dès la fin du XVe siècle une technique picturale optiquement très proche des glacis des Primitifs flamands.