N° 427-428 mars-avril 2018

Le recyclage des déchets d’équipements électriques et électroniques… on n’arrête pas le progrès !

Pagination : 100-104
Sous-thème : Chimie et développement durable
Mots-clés : Chimie durable, métaux stratégiques et critiques, liquides ioniques, électrodéposition, récupération métallique, hydrométallurgie.
FR | EN

Les produits high-tech qui font notre quotidien nécessitent des métaux parfois rares dont la production est contrôlée par un nombre restreint de pays (Chine, Russie, République démocratique du Congo et Brésil principalement). Les risques liés aux situations d’oligopole ou de quasi-monopole dont ces métaux stratégiques font l’objet ont poussé l’Union européenne à chercher d’autres voies d’approvisionnement, la première étant le recyclage d’équipements électroniques et électriques usagés.

Parmi ces métaux, l’indium et le lanthane présentent de nombreuses applications high-tech. L’indium est un métal rare associé à l’exploitation des minerais de zinc et d’étain, largement dominée par la Chine. Le lanthane, comme l’ensemble des terres rares, n’existe pas individuellement dans des gisements, mais est lui aussi associé à d’autres métaux. Le recyclage de l’indium et du lanthane contenus dans les équipements en fin de vie semble donc la seule alternative pour remédier aux risques de pénurie.

Au-delà des aspects économique et stratégique, le recyclage de ces métaux peut constituer une alternative intéressante permettant de diminuer l’exploitation à grande échelle des gisements de minerais les contenant et ainsi de préserver l’environnement. Cet article présente un procédé d’électrodéposition du lanthane et d’extraction-électrodéposition de l’indium dans des liquides ioniques faiblement hygroscopiques.