N° 459 février 2021

Les innombrables applications de la chromatographie bidimensionnelle en phase gazeuse

Pagination : 20-26
Rubrique : Recherche et développement
Mots-clés : Chromatographie gazeuse bidimensionnelle intégrale, séparation, mélanges complexes, modulateur.
FR | EN

Séparation des composés d’un carburant diesel par GC×GC-TOFMS : chromatogramme obtenu avec une colonne apolaire (axe horizontal) suivie d’une colonne polaire (axe vertical). Image utilisée avec la permission de LECO Corporation.

La chromatographie gazeuse monodimensionnelle (GC) est la technique de choix dans de nombreux laboratoires à travers le monde pour l’analyse de composés volatils ou semi-volatils. Toutefois, la complexité d’un grand nombre d’échantillons empêche fréquemment l’identification de tous les composés.

Afin de remédier à ce manque de résolution, plusieurs colonnes capillaires de sélectivités différentes ont été couplées pour donner naissance à la GC multidimensionnelle (MDGC), et à une approche plus récente, la GC bidimensionnelle intégrale (GC×GC). La GC×GC permet d’améliorer considérablement le pouvoir de séparation en passant d’une séparation linéaire à une séparation spatiale, ce qui constitue un avantage significatif pour l’analyse qualitative et quantitative de composés ciblés ou non ciblés.

Dans cet article sont abordées les évolutions technologiques clés de la GC×GC, sa capacité de séparation structurée comprenant l’invention de nouvelles colonnes GC, l’analyse énantiosélective, la séparation multidimensionnelle, ainsi que les nouvelles tendances pour l’identification de composés inconnus dans des mélanges complexes.

Cornelia Meinert a reçu le Prix Jeune chercheuse 2019 de la division Chimie physique (DCP) de la Société Chimique de France.