N° 426 février 2018

Une façon inhabituelle de briser la symétrie moléculaire : les métaux mésoporeux chiraux

Pagination : 19-24
Rubrique : Recherche et développement
Mots-clés : Chiralité, électrochimie, matériaux mésoporeux, synthèse asymétrique, énantiosélectivité.
FR | EN

La tour Eiffel et la tour de Pise comme symboles de symétrie parfaite et imparfaite (CC BY-SA 3.0).

L’analyse et la synthèse des composés chiraux est d’une importance cruciale dans de nombreux domaines de la société et de la science, y compris la médecine, la biologie, la chimie, la biotechnologie et l’agriculture. Ainsi, il existe un intérêt fondamental dans le développement de nouvelles approches pour la détection et la production d’énantiomères.

Cet article décrit l’utilisation de structures métalliques mésoporeuses codées avec une information chirale pour la reconnaissance et l’induction électrochimique d’une asymétrie moléculaire. Le métal mésoporeux chiral, obtenu par réduction électrochimique de sels de platine en présence d’une phase cristal liquide et de la molécule chirale modèle, conserve parfaitement l’information chirale après élimination du moule moléculaire. Les films métalliques obtenus permettent premièrement de différencier deux énantiomères et provoquent également un excès énantiomérique supérieur à 90 % au cours de l’électroréduction d’un composé prochiral.